Article

Alternatives éco-responsables pour le packaging, où en est-on ?

03. 06. 20 4 minutes
article innovation

Quel que soit le secteur d’industrie, le contexte environnemental pousse les consommateurs à réaliser des achats responsables et neutres pour l’environnement, en se tournant vers des marques aux produits éco-conçus.

Il y a donc une réelle urgence des marques de réduire leur impact carbone et leur pollution en innovant pour proposer de nouvelles matières alternatives dans la confection du produit comme du packaging.

Alors, quels sont ces nouveaux matériaux ? Sont-ils tous des solutions miracles ? Parcome vous explique tout.

Eco-responsabilité dans le packaging, de quoi parle-t-on ?

Recyclabilité, durabilité, origine biosourcée et biodégrabilité… : autant de critères s’intégrant dans les nouvelles stratégies d’emballage écologique et responsable, poussées par les marques.
« Il y a trois ans, un client sur 4 environ commençait à s’intéresser à la question, mais la démarche était vite stoppée car le budget ne suivait pas. Aujourd’hui, 75% des clients nous demandent de travailler sur des emballages plus écologiques et recyclables pour répondre à la demande de leurs propres clients. À nous de travailler sur notre éco-conception en développant des matériaux plus responsables et moins impactants pour l’environnement » explique Matthieu Pierret, responsable Achats à Parcome Paris.
Car même si le packaging de luxe se forme traditionnellement de mono-matériaux neutres et plus facilement recyclables comme le papier et le carton, la stratégie de développement durable pousse cette industrie à s’interroger sur toutes les parties annexes : inserts, lamination, moules thermoformés etc.
La mission du fournisseur est d’être proactif et force de proposition, en renforçant la recherche et développement de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques éco-responsables. Son rôle : offrir une véritable expertise et analyse du marché, ainsi qu’une adaptation des nouveaux matériaux à la force de production existante.

Quel sont les nouveaux matériaux à l’étude ?

Effet de mode oblige, beaucoup de nouvelles matières apparaissent sur le marché. Tendances, et « funs », elles sont très demandées par les clients : petit tour d’horizon…

  • Papiers fabriqués à partir de minéraux, d’écorces d’orange, de cosses de cacao...
  • Paper foam (mousse de cellulose) fait d’amidon de pommes de terre et de fibres naturelles,
  • Seed paper, ou papier ensemencé, constitué de fibres naturelles recyclées et de graines de fleurs ou herbes aromatiques,
  • Bioplastique à base d’amidon de maïs ou de pomme de terre,
  • Pulpe de canne à sucre et fibre de roseau, base de création de nouveaux matériaux.

 De prime abord, ces intitulés exotiques sont très attirants ! Mais ces matériaux respectent-ils vraiment les fonctions premières du packaging : protéger le produit et le magnifier ? Résistent-ils tous à l’épreuve du drop test (test de résistance)? Sont-ils tous imprimables et pliables ? 
Autre interrogation primordiale: Les filières de recyclage existantes sont-elles adaptées à ces nouveaux matériaux ? 
Force est de constater que ces belles promesses ne sont pas toutes tenues face à l’épreuve de la réalité.

Retour à l’essentiel : le papier recyclé, un basique efficace

Parfois délaissés au profit d’innovations plus étonnantes, n’oublions pas le pouvoir environnemental des mono-matériaux traditionnels, comme le papier et le carton. Facilement reconnaissables et recyclables par le consommateur final, ils bénéficient, eux aussi, d’évolutions constantes. Prenons le cas du papier, devenu un véritable atout pour un packaging éco-conçu, grâce à plusieurs critères :

  • Le taux de fibres recyclées utilisées pour la fabrication du papier
  • Les traitements subis par le papier au cours du recyclage (papier désencré, blanchi ou non etc)
  • La teneur du papier recyclé en déchets post industriels (déchets imprimés postconsommation ou PCW : Post Consumer Waste)*
  • Le label FSC © (Forest Stewardship Council) un outil visant à promouvoir une gestion responsable et durable des forêts à travers le monde.
  • Son usage en tant que mono-matériau garantissant une meilleure intégration dans les filières de recyclage final. Un argument à ne pas négliger !
  • Une image positive associée au développement durable facilement identifiable aux yeux du consommateur.  

Autant de solutions autour du papier, testées et approuvées, qui apporteront la touche durable nécessaire à un packaging éco-responsable, sans trop de frais!

La bonne nouvelle, c’est qu’avec ce panorama complet, les marques de luxe ont l’embarras du choix pour rendre leurs packagings plus écologiques et responsables. Le problème est donc de faire un choix ! Pour cela, n’hésitez pas à vous faire conseiller par votre fournisseur de packaging, véritable expert de la question. Il saura vous diriger vers le matériau écologique le plus adapté au design et à la fonctionnalité choisis !

*Est appelé  « recyclé » un papier comprenant au moins 50% de fibres provenant de déchets de papiers imprimés (post-consommation).

Avatar
Écrit par
Charlotte MATTEI
Key Account Manager - Parcome
Développement durable Innovation
<  Retour aux articles