Article

Luxe et développement durable : qu’en pensent les clients ?

05. 12. 19 3 minutes
image_femme

Le luxe vend du rêve : c’est sa définition même.

L’imaginaire, l’émotion et la qualité sont les valeurs traditionnelles de ce secteur, véhiculées par le produit et son packaging.

Alors, lorsque le luxe décide de s’engager dans une stratégie de développement durable, comment réagissent ses consommateurs, les fans d’une marque et de la représentation qu’ils s’en font ? Quelle est leur perception d’un luxe vertueux, d’un produit axé développement durable ?

Les social wearers, ces nouveaux consommateurs 

À l’instar d’un changement de mœurs et d’habitudes de consommation des produits du quotidien et de l’information, le luxe est de plus en plus touché par une prise de conscience environnementale.

À l’initiative de ce mouvement, un nouveau profil de consommateurs : les social wearers. Impulsée par la génération des millenials, cette catégorie de clients est avide d’engagement éthique et environnemental concret et durable de la part de leurs marques préférées.

Si le luxe est l’une des industries les plus polluantes de la planète et utilise des ressources rares, il se doit aujourd’hui de changer ses habitudes et de se montrer exemplaire car le nombre de ces social wearers explose ! Leur part de marché, qui représentait en 2017 pas moins de 22 millions de consommateurs, a doublé en 5 ans (cf. étude du Boston Consulting Group, 2016). 58% des consommateurs chinois se déclarent même prêts à payer plus cher pour des marques éthiques (cf. étude Mintel China, 2017).

Ces consommateurs ont de nouvelles exigences : une transparence totale en termes de prix, de qualité et de provenance des produits. Le mouvement est lancé, le luxe doit s’y conformer pour devenir irréprochable aux yeux de ses consommateurs.

Luxe vertueux : l’éco-révolution est en marche !

Les marques doivent saisir l’opportunité qui leur est donnée d’améliorer leur image et d’accroître leur notoriété en prenant le tournant écologique, par une démarche de production axée sur le développement durable. Car face à eux, de nouveaux acteurs émergent, plus petits mais forts de leur réputation éco-responsable. 

C’est le cas de JEL (Jewellery Ethical Luxury), la première marque française de bijoux éthiques conçus à partir de métaux et minéraux respectueux. Ou encore Tata Harper, qui produit dans sa ferme du Vermont des cosmétiques green hauts de gamme et naturels. Côté mode, Zeit fabrique ses vêtements dont les tissus proviennent à 80% des chutes de grandes maisons de couture et Les Récupérables revalorisent les textiles dans un schéma d’upcycling et d’économie circulaire pour ne produire aucun nouveau déchet. L’engouement qu’ils suscitent entraîne à leur tour les grandes marques à s’aligner sur leur démarche.

De même, de nouvelles alternatives apparaissent, comme la location ou le luxe d’occasion. Prouvant un certain détachement de la possession d’un produit neuf par rapport à un achat plus éthique, le consommateur prouve une fois de plus au secteur du luxe son envie de produits éco-responsables associés à un engagement durable et sincère à la cause du développement durable.

Le packaging comme outil de différenciation des produits de luxe

Le packaging fait partie intégrante de l’ADN des marques du luxe, tant dans la mode que la gastronomie, la joaillerie ou la maroquinerie. Il doit donc porter et refléter immédiatement les valeurs, l’engagement et l’image d’une marque.

Alors, lorsque celle-ci se lance dans une démarche de développement durable, le packaging doit suivre en prouvant de suite son caractère éthique et respectueux de l’environnement.

Plusieurs solutions existent : on parle de packaging durable ou d’éco-packaging. Produits écologiques, naturels, recyclables, voire même compostables, encre végétale, absence de colle et de solvant… Ces nouveaux matériaux éco-responsables s’offrent aux entreprises de packaging de luxe pour un produit final éthique et respectueux de l’environnement, qui correspond aux attentes nouvelles du consommateur.

 

 

Sources

Article Leluxestvivant.com - Le futur du luxe : s’engager absolument

Étude du Boston Consulting Group, 2016

Étude Mintel China, 2017

Article Madame.lefigaro.fr - Bien-être animal, technologies vertes… Le luxe se donne bonne conscience

Avatar
Écrit par
Charlotte MATTEI
Key Account Manager - Parcome
Développement durable
<  Retour aux articles